Le plaisir rime avec le bonheur

30 mars 2017

Edito "Le bonheur est le plaisir en gros, le plaisir est le bonheur en détail"

Le plaisir est un état de contentement créant chez quelqu’un la satisfaction d’une tendance, d’un besoin, d’un désir. Le plaisir est une sensation ou une émotion agréable liée à la satisfaction d’un désir, d’un besoin matériel ou mental. Il peut y avoir différentes sortes de plaisir : les sensations érotiques agréables, notamment dans l’acte sexuel, prendre du plaisir à aimer, à se plaire, avoir du plaisir à être charmé, le plaisir de quelque chose causé par une chose ou un objet; par exemple le plaisir d’avoir accompli quelque chose, le plaisir de faire du sport…

Le plaisir peut être source de bonheur.
Le bonheur est un état agréable, de pleine satisfaction. Quand on atteint le bonheur la souffrance est absente. Le bonheur rend un individu heureux.

De nos jours on parle beaucoup plus de plaisir sexuel qu’avant. Avant ce sujet était un sujet totalement tabou, donc ceci a évolué. De plus il y a pas longtemps le sujet du plaisir d’être en couple avec une personne a été évoqué par le mariage pour tous. Ce sujet a fait une véritable polémique ce qui prouve que les individus ne sont toujours pas tolérants et qu’ils n’acceptent pas le plaisir de tout le monde. Même si le plaisir est beaucoup plus évoqué de nos jours il reste encore pas mal de tabou sur ce sujet.

Ensuite le fait que les individus se fasse plaisir en faisant quelque chose comme par exemple en faisant du sport ou en partant en voyage est un sujet très actuel de nos jours par rapport à autrefois. De nos jours les individus ont envie de se faire plaisir en achetant les dernières nouveautés, en faisant du sport, en mangeant, en voyageant…Cependant ces activités ne sont pas accessibles à tous à cause du contexte economique actuel.

Donc nous pouvons nous demander si le plaisir est vraiment une source de bonheur ?

Pour répondre à cette question nous allons analyser toute les sources du plaisir et ensuite nous allons voir ce qu’il faut pour qu’un homme soit heureux, pour qu’il ai une sensation de plaisir.
Le plaisir peut être une source de bonheur, cependant chaque individu le trouve avec ses moyens et l'interpréte de façon différente.

Posté par BTSGPN2016 à 16:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]


im

Posté par BTSGPN2016 à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2017

La mini jupe un emblème de l'émancipation des femmes

 

La mini jupe a fait son apparition dans les années 60 et depuis elle est toujours d’actualité. Mais cependant elle a traversé de grandes époques révolutionnaires. De nombreuses femmes ont lutté pour pouvoir porter librement la fameuse mini jupe qui était et qui est toujours un habit très à la mode. Un documentaire s’intitulant « Minijupe tout court » nous retrace l’histoire de la mini jupe des années 60 à nos jours.

 film

La mini jupe a été crée dans les années 1960 par une Londonienne qui se nomme Mary Quant. Cette jeune créatrice de mode créée la mini jupe pour des moyens pratiques, pour permettre aux femmes de courir après les bus. Cette jupe été plutôt destinée à des jeunes filles qui faisait partie d’une classe sociale moyenne car la créatrice a décidé de vendre ses créations à des prix raisonnables afin que toutes les jeunes filles puissent y avoir accès.  Mais cependant l’apparition de ce nouveau vêtement provoque un scandale dans toutes les sociétés. Ce style vestimentaire très court n’est pas très bien accepté au sein des sociétés. Le style vestimentaire des femmes commence à évolué et cela n’est pas très bien vue. Au début de l’apparition des mini jupes des gendarmes arrêtent les femmes qui portent ces fameuses jupes car ils pensent que cette tenue est interdite. Une femme devait avoir une certaine tenue, elle ne devait pas trop se dévoiler au sinon cela était mal vue. C’est pour cela que la mini jupe devient un objet phare de l’émancipation des femmes. Cette jupe ne fut pas très bien acceptée par tout le mode mais cependant des femmes ont lutté pour pouvoir s’habiller de la manière qu’elles souhaitaient. Et grâce à elles aujourd’hui toutes les femmes peuvent porter la tenue vestimentaire qu’elles souhaitent. Mais cependant des regards et des pensées envers les tenues vestimentaires des femmes sont toujours d’actualités. De nos jours la mini jupe est toujours très à la mode elle a su se réinventer et traverser les époques mais cependant certaines mentalités n’ont pas évolué. Il est encore fréquent que certaines personnes pensent que les femmes qui portent une mini jupe véhiculent l’image de femme objet soumise aux désirs de leur mari. Les hommes vont avoir envie de regarder les femmes qui portent cette tenue ils vont se retourner dans la rue sur une femme portant une mini jupe. Mais il peut également y avoir des remarques déplacées de la par des hommes et cela ne devrait plus être présent de nos jours chaque femme devrait pouvoir s’habiller de la manière dont elle a envie sans subir aucunes réflexions ou remarques.

 

La mini jupe a su s’adapter à toutes les époques depuis les années 60 mais elle symbolise toujours la féminité et l’image de la femme moderne libre dans ses mouvements. Mais elle véhicule également une image moins positive qui est l’image de la femme objet qui est soumise aux désirs masculins. Et pour porter cette mini jupe les femmes doivent se soumettre à un idéal de minceur, à une silhouette parfaite. Mais en attendant la mini jupe a toujours un grand succès et elle fait également tourner de nombreuses têtes.

 

Posté par BTSGPN2016 à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chaque individu éprouve du plaisir à sa manière

 

Le plaisir peut être provoqué par différentes choses dans la vie. Cependant il y a des personnes qui trouvent leur plaisir dans les choses simples de la vie et d’autres personnes qui trouvent leur plaisir à travers des choses de la vie plus difficiles à atteindre.

 

Ouvrage "La liste de mes envies" par Grégoire Delacourt

 

Dans le livre « la liste de mes envies » un personnage principal nous est présenté. Il s’agit d’une femme qui exerce le métier de mercière habitant à Arras avec son marin Jocelyn, ouvrier dans une usine de glaces. Ils sont parents de deux grands enfants, partis faire leur vie. Cette femme vit une vie très simple. Un jour ses amies qui sont des sœurs jumelles la font jouer au loto. Ses amies ont l’espoir de gagner alors qu’elle n’a aucun espoir elle ne croit pas une seconde qu’elle peut avoir la chance de gagner. Mais voilà le hasard veut que cette femme toute simple gagne 18 547 301 euros à l’euro million. Cette femme si simple n’est pas très riche, ne le croit pas, elle ne veut pas croire qu’elle a gagné cette somme d’argent assez conséquente. Et elle va décider de garder le chèque et de la cacher afin que personne de son entourage ne soit au courant. Après avoir gagné cette somme d’argent elle se rend compte que nous n’avons pas besoin d’argent pour se faire plaisir. Cette femme se fait plaisir en passant des simples moments avec son mari dont elle est très amoureuse. Ces moments là peuvent être des simples dîners ou alors le plus souvent des moments plus érotiques. Ces moments rendent cette femme heureuse et comblée et pour cela il n’y a pas besoin d’argent. Mais un jour son mari trouve le chèque et part avec, il vivra une vie de luxe mais ne sera pas heureux et se laissera mourir dans sa grande maison après s’être rendu compte  qu’il ne pouvait plus faire marche arrière. C’est là qu’on s’aperçoit que les personnes qui nous provoquent du plaisir sont plus intéressées par l’argent que par nous. L’argent peut parfois détruire le plaisir, cet ouvrage nous le montre bien c’est à cause de cet argent que le plaisir de cette pauvre femme sera détruit.

Le plaisir peut être provoqué grâce aux personnes que l’on aime. Quand on aime une personne c’est quelque chose de formidable on éprouve un plaisir énorme à partager des moments divers avec la personne en question. Donc pour éprouver du plaisir, les choses simples de la vie suffisent, pas besoin d’argent pour éprouver du plaisir. Au contraire l’argent dans la plus part des cas détruit le plaisir.

Posté par BTSGPN2016 à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le plaisir un sujet évoqué dans les médias

Le plaisir peut être sujet d’articles de presse. L’article « L’école ne peut pas être un lieu de plaisir » évoque clairement le sujet du plaisir. Il nous parle de l’éducation le journaliste fait ressortir que l’école n’est pas une source de plaisir "Apprendre à un gosse c'est pénible" mais qu’en attendant il faut passer par là pour pouvoir se procurer du bonheur. C’est grâce à l’école et aux études que nous allons avoir un métier qui nous plait et que nous allons avoir envie d’exercer "Léducation est une condition nécessaire pour réussir". Et grâce à ce métier nous allons pouvoir nous en sortir dans la vie de tous les jours d’un point de vue économique et cela est source de bonheur pour tout individu.

 

Dans un second article « A Manchester, le public paye selon son plaisir » le thème du plaisir est également abordé. Cet article nous montre qu’à Manchester les musiciens classiques ont décidé de mettre en place un système qui contribue à faire payer les spectateurs en fonction du plaisir qu’ils ont eu à regarder et à écouter ce spectacle. Ce système permet à une plus grande partie de la population de pouvoir accéder au spectacle et donc de pouvoir procurer du plaisir à un public beaucoup plus large"L'objectf est d'attirer des gens qui ne sont jamais allés au concert de leur vie". Maintenant plus besoin d’être riche pour se procurer du plaisir en allant à un concert.

 

Le sujet du plaisir est un sujet évoqué dans la vie de tous les jours il est évoqué dans de nombreux articles de presse. C’est un thème qui est utilisé dans différents domaines et beaucoup évoqué dans les médias.

Posté par BTSGPN2016 à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La morale des sentiments

 

 

téléchargement (1)

 

Michael Slote, professeur d’éthique à l’université de Miami, connu pour ses travaux de recherche associant éthique des vertus et éthique du care, veut proposer une alternative à l’éthique libérale et rationaliste en s’appuyant sur le sentimentalisme moral qui défend la thèse selon laquelle la bonne action et son évaluation reposent non sur la raison mais sur les sentiments. Cependant il bute dans ce projet sur un obstacle de taille : notre conception de l’esprit est entièrement rationaliste. Il s’est donc donné pour nouvel objectif de proposer une théorie sentimentaliste de l’esprit, c’est-à-dire aussi de la croyance, de l’action et de la connaissance.

 Dans ce livre Slote détail les fondements de plusieurs domaines sentimentalistes comme: 

  • le rôle de l'empathie, où il considère que celui-ci apparaît comme le fondement de l’action morale et de son évaluation mais il veut aussi montrer son importance pour une conception sentimentaliste de l’esprit. Ainsi il distingue l’empathie (capacité à ressentir l’émotion des autres) et la sympathie (capacité à ressentir une émotion en rapport avec la situation d’autrui).

 

  • les croyances et faiblesses de la volonté: sa conception de la croyance implique le concepts de l’émotion puisque croire c’est voir sous un jour favorable et donc éprouver des émotions positives à l’égard du contenu d’une croyance. Cependant comment expliquer que quelqu’un qui ait la volonté d’atteindre un objectif fasse parfois le contraire de ce qui permet d’atteindre cet objectif ? L’explication de Slote sur la faiblesse de la volonté s’appuie sur le fait que quelqu'un qui ne se donne pas ou ne veut pas se donner les moyens d'arriver à ses fin traduit un caractère irrationnel chez la personne.

 

  • la réceptivité et la gratitude: alors que le rationalisme considère qu’il faut en permanence passer ses croyances sous le feu de la critique de manière à les contrôler rationnellement, Slote pense que nous devons plutôt être réceptif à la critique (ouverture authentique au jugement d’autrui ). Il s'agit de questionner ce qu’on a de bonnes raisons de questionner plutôt sans pour autant tout mettre en doute. Le sentimentalisme peut-il lui aussi rendre compte du respect d’autrui ? Selon Slote le respect d’autrui nous est inspiré par notre désir d’être aimé car cela implique de reconnaître aux autres une importance indépendante de l’intérêt qu’ils représentent pour nous.

 

  • la morale individualiste: Dire que la rationalité instrumentale portée aux nues par le rationalisme des Lumières suppose une attitude favorable (i.e. un sentiment) susceptible de révision est une manière de mettre en doute l’objectivité dont cette rationalité se prévaut notamment lorsqu’elle organise la société. Mais pour apercevoir ce lien entre sentiment et politique encore faut-il admettre que les émotions ont un sens d’abord en société, plutôt qu’individuellement, ce qui ne semble pas du tout être le cas de Slote. Il défend en effet un sentimentalisme moral qui part des sentiments individuels comme motifs de l’action morale. 

Posté par BTSGPN2016 à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La liste de mes envies (film)

"La liste de mes envies" est avant tout l'histoire d'une vie, en l’occurrence celle de Jocelyne Guerbette , 47 ans et mercière à Arras.

Jocelyne est une femme plutôt timide et réservée, presque insipide. C’est aussi une femme soumise à son mari dont elle est éperdument amoureuse, et une mère de 2 enfants. Un beau jour, elle va gagner la somme de 18.547.301 euros à l’Euromillions.

On pourrait se demander si, pour l’auteur, l’argent fait le bonheur..

Ce n’est pas vraiment l’avis de Jocelyne, le personnage principal. En effet, au lieu d’encaisser immédiatement son chèque, se faire faire un ravalement facial, dévaliser les boutiques de luxe et plaquer son beauf de mari pour s’enfuir à Puerto Rico avec un gigolo, Jocelyne a préféré attendre. Attendre de savoir si le fait d’encaisser ce chèque allait tout lui apporter ou au contraire tout lui faire perdre, c'est à dire lui faire perdre tout ce qui la raccroche à son existence.

En attendant de le savoir, elle fait d’abord la liste de ses besoins, puis la liste de ses envies, et enfin la liste de ses folies.

En réalité, la liste de «ses» envies, c’est avant tout la liste de ce qui la raccroche à la vie. Ce qui fait la singularité de ce livre c’est probablement le style de l’auteur. Grégoire Delacourt dénonce la société de consommation dans la quelle nous vivons et décrit la France qu’on n’expose pas devant les caméras, cette France silencieuse, avec ses angoisses, ses besoins, ses envies, ses folies, ces histoires cachées aussi; celle qui se lève tous les matins pour aller bosser et gagner son pain , comme Jocelyne.

Posté par BTSGPN2016 à 20:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]